ACTUALITÉS

Le Garage Social de l’ARDIE à Bras-Panon – une des 11 actions du PIA Jeunesse Réunion – permet d’améliorer l’accès des jeunes à la mobilité pour favoriser leur insertion et leur autonomie. Le 3 septembre dernier deux enquêtes ont été menées par Pamela Quiroga de PRODIJ auprès des jeunes qui sont aujourd’hui salariés (CDDI) au garage social.

« Si on est ici c’est parce qu’on a toujours voulu être mécanicien ! on voulait des compétences, apprendre » Kelyan [1], 25 ans.

L’implication et la participation des jeunes dans l’action est un élément essentiel dans la réussite du projet afin de savoir si celui-ci répond à leurs besoins et attentes.

Un impact positif de l’action sur les parcours de chacun

Le focus group est une méthode qui permet notamment de connaitre l’impact de l’action sur les jeunes et sur leur parcours, d’identifier les difficultés rencontrées, les ressentis, les représentations de chacun, mais aussi de collecter leur avis sur l’action et plus globalement sur l’adéquation entre ce qui est proposé et la réalité dans laquelle ils évoluent.

5 jeunes salariés du garage et Paméla de PRODIJ discutent en cerclePendant près d’une heure, l’échange avec uniquement les 5 jeunes salariés et Paméla de PRODIJ a permis de faciliter la parole et l’expression des jeunes.

Selon les jeunes, leur expérience au sein du garage social leur apporte avant tout :

  • Une expertise en mécanique automobile
  • Des compétences nouvelles

Des savoir-être qu’ils valorisent et qu’ils ont acquis durant leur séjour. Le travail en équipe, la cohésion du groupe, l’entraide, le respect, le savoir vivre ensemble ont ainsi souvent été évoqués par les jeunes.

Avant d’intégrer le garage social, les aspirations des cinq jeunes salariés convergeaient toutes vers un même objectif : approfondir leurs connaissances en mécanique. Un seul a aussi évoqué l’importance de décrocher un emploi lors de sa candidature au garage social.intervention mécanique sur voiture blanche avec capot ouvert

« Moi, ce qui me plait le plus c’est de démonter, de voir des nouvelles voitures qu’on n’a jamais réparées pour apprendre de nouvelles choses » Jérôme, 24 ans

Les jeunes ont également répondu à une évaluation de l’action, mesurant leur taux de satisfaction sur le format des ateliers et chantiers d’insertion (ACI) et du travail quotidien. Ce questionnaire proposait également une auto-évaluation à chaque jeune dans l’acquisition de savoir-être et savoir-faire au fil du temps. Chacun pouvait comparer ses compétences avant son entrée au garage et celles acquises aujourd’hui.

Une montée significative des compétences des jeunes du garage social

Les échanges avec le conseiller en mobilité du garage social ont permis de dégager les principaux points communs du groupe enquêtés : ce sont des jeunes qui ont connu des difficultés sociales, parfois familiales, des difficultés scolaires et qui n’avaient pas le même niveau d’expérience en mécanique lors de leur arrivée au garage :

portrait de Cédric, conseiller en mobilité du garage social« Aujourd’hui, ils ont une dernière chance mais c’est eux qui la saisissent, ce sont eux qui se mettent en valeur à travers cette activité » Cédric HAUTEFAYE, Conseiller en mobilité du Garage Social.

L’auto-évaluation des compétences informelles [2] proposée dans le questionnaire met en lumière la progression notable des compétences des jeunes depuis leur entrée au garage.

Les progressions observées concernent les capacités suivantes :

équipe de jeunes travaille sur voiture blanche devant garage social

  • Résoudre les problèmes +++
  • Travailler avec les autres ++
  • S’organiser ++
  • Savoir présenter une idée ++
  • Trouver une information ++
  • Trouver des partenaires ++
  • Communiquer avec les clients +
  • Respecter les délais +

Des difficultés sont néanmoins remarquées dans la capacité à prendre des initiatives ou encore à gérer son stress. Cela peut être associé à un manque de confiance en soi, identifié par les jeunes lors des premiers jours de travail. Le groupe s’accorde pour dire que leurs interrogations sur leur capacité à bien faire se sont estompées en un mois seulement.

Renforcement du lien social

Bien que les jeunes ne s’investissent que depuis 3 mois dans le garage, des résultats positifs sont déjà observés en dehors. Ces derniers se traduisent notamment par une transmission de leur savoir, acquis au garage social, auprès de leur entourage: 4 jeunes ont souligné qu’ils apportaient un soutien à leur famille et/ou à leurs amis-es en réalisant des réparations de leur véhicule.

Ce soutien s’accompagne d’un renforcement des liens amicaux et/ou familiaux à travers des échanges de pratiques en mécanique et/ou des gestes de reconnaissance de leurs proches. Ces changements vécus, étroitement liés à leur intégration dans le garage social, leur procurent une valorisation importante, aussi bien dans la sphère professionnelle que personnelle.

Les avantages du garage social selon les jeunes

Le principal avantage du garage social, aux yeux des jeunes, est qu’il semble être plus accessible que les autres formations :

« Dans les autres garages c’est plus dur à entrer, ils nous demandent plus de compétences, ils sont plus stricts… Ici ils ne cherchent pas nos compétences, ils nous laissent le temps de faire bien parce que dans d’autres garages, ils nous demandent du rendement… ça c’est bien parce que ça nous permet de nous améliorer… ici ils nous donnent notre chance » Jérôme, 24 ans

Accessible également dans les démarches administratives pour intégrer le garage : les jeunes n’ont pas émis de difficultés particulières lors du processus de recrutement.

L’ambiance très positive qui règne au garage les aide également à progresser, à se valoriser et à être valorisés :

« Ici il y a une très bonne cohésion d’équipe, on s’entraide, on a chacun des compétences différentes et on essaye de tout mettre ensemble » Kevin, 22 ans

Les opportunités d’insertion, telles que proposées par le garage social dans le domaine de la mécanique, semblent rares dans l’Est, comme l’ont souligné les jeunes interrogés :

« Moi j’ai été étonné parce que toutes les formations en mécanique elles sont dans le sud, donc c’est bien qu’il y ait le garage social » Kelyan, 25 ans

Il y a encore des efforts possibles dans ce secteur de l’île, où une grande partie de la jeunesse se trouve toujours à la recherche de solutions !

équipe encadrante et jeunes du garage en groupe

__________________________________________________________

[1] Afin de préserver l’anonymat des jeunes dans cette analyse, les prénoms sont fictifs

[1] Ce sont les compétences développées au cours de nos expériences de vie, dans le cadre familial, avec nos amis, ou pour faire face aux aléas de la vie.